Comment prévenir les blessures musculaires ?

22 décembre 2020
22 décembre 2020 samy traore

S’il y a bien un point commun entre les footballeurs de tout niveau, c’est bien la possibilité d’être confrontés à une blessure. Au rayon des plus courantes avec les ligaments croisés, on retrouve les bonnes vieilles blessures musculaires. De la simple élongation à la rupture totale, ces blessures constituent toujours une cassure dans le rythme et la progression d’un joueur de football. FOOTBOKS te fait le topo sur ces fameuses blessures, et t’apporte quelques conseils pour faire en sorte de les éviter.

Les causes des blessures musculaires

Tu peux en général te blesser de trois façons différentes. La première et la plus directe, lors d’un contact avec un autre joueur : tu t’es pris une méchante béquille par le défenseur central adverse qui en avait marre de tes feintes de corps et de tes crochets. La deuxième, plus indirecte, en mettant une praline à froid dès la deuxième minute de jeu, ou en changeant de direction brutalement. Cette fois-ci, tu ne peux t’en prendre qu’à toi même car dans la majorité des cas, c’est que tu t’es mal échauffé. La troisième et la plus courante au haut niveau est liée à la sollicitation excessive des muscles sur fonds de surentraînement. Tu t’es entraîné toute la semaine, tu n’as pas forcément récupéré à 100% pour le match, et quand l’attaquant adverse plus rapide que toi te déborde, tu donnes tout mais le corps ne suit pas. Clac, terminé.

Les différents types de blessures musculaires

Il existe différents niveaux de blessures musculaires, les trois plus connues étant, par ordre de gravité, l’élongation, la déchirure (le fameux claquage) et la rupture. Les zones les plus touchés chez le footballeur sont généralement les ischio-jambiers (derrière la cuisse), le quadriceps (cuisse) et le mollet. Le point commun à chacune de ces blessures, c’est que les tissus musculaires ont été lésés, ils se sont abîmés. L’élongation est la blessure musculaire la moins grave puisqu’on ne met généralement que quelques jours à s’en remettre. Elle est causée par un allongement excessif du muscle qui engendre de légères lésions des fibres musculaires.

La déchirure est une blessure plus sérieuse qui nécessite un arrêt de deux à trois semaines dans les cas dits « mineurs », les moins graves. Lorsque le muscle a subi une lésion plus importante, on parle de déchirure grave et le temps d’arrêt avant la reprise sportive est augmenté à 1 mois et demi voire deux mois. La déchirure survient quand un trop grand nombre de fibres musculaires ont été touchées, et qu’un véritable morceau du muscle s’est déchiré. La douleur est bien plus vive que pour une élongation, et tu vois en général ton effort se stopper net et un œdème se former sur la zone déchirée.

La rupture est plus grave encore car on parle cette fois-ci d’un muscle qui se sectionne en deux ou presque. Les symptômes sont les mêmes que la déchirure mais décuplés, tu ne peux même plus effectuer certains mouvements. Parfois il faudra passer sur le billard et compter entre deux et trois mois d’indisponibilité, avec un abonnement aux béquilles en prime.

Alors, comment les éviter ?

Bonne nouvelle pour toi, bien qu’elles soient assez fréquentes chez les joueurs de football, il est possible de limiter les risques grâce à quelques astuces simples. Tout d’abord il n’y a pas de secret, il faut faire un échauffement complet car un muscle froid est un muscle fragile. Il faut également savoir éviter le surmenage et t’arrêter quand ton corps te dit stop. Zapper les étirements en fin de séance n’aide pas non plus, ces étirements te permettant de travailler un peu l’élasticité de tes muscles.

La deuxième solution réside dans une bonne hydratation. Il est très important de s’hydrater pendant l’effort, mais aussi avant et après ! Mais quelle quantité boire ? On parle souvent d’une quantité minimale d’eau de 1,5 litres par jour. Si cette quantité varie suivant les pratiques sportives et les personnes, il existe un mot d’ordre valable pour toutes et tous : n’attends pas d’avoir soif pour boire ! La sensation de soif intervient une fois que la déshydratation est déjà assez avancée. Ton cerveau t’envoie tout simplement un signal d’alarme pour te prévenir qu’il faut boire quelque chose rapidement. La gestion des stocks d’énergie de ton corps nécessite également un apport correct en eau, tu seras donc plus fragile si tu ne t’es pas assez hydraté.

L’astuce FOOTBOKS pour éviter ces blessures musculaires :

Pour maintenir un bon niveau d’hydratation, tu peux t’hydrater régulièrement avant, pendant et après l’effort. En complément, utilise des pastilles hydro qui t’apporteront des glucides pour t’alimenter en énergie et des électrolytes comme le sodium que tu élimines en transpirant. Ces petits comprimés à diluer dans ta bouteille ont un avantage considérable par rapport à l’eau puisqu’ils te permettent de te réhydrater jusqu’à trois fois plus vite. Ils sont dispo dans la boutique FOOTBOKS au rayon hydratation.

Si tu ressens des douleurs ou une fatigue musculaire, on te conseille également un bon coup de froid grâce au gel cryo défatigant découvert dans la FOOTBOKS de février 2020. Ce gel cryo a reçu un bel accueil de la part des joueurs et est utilisé notamment par l’attaquant du FC Sochaux Yann Kitala ou par le latéral de l’US Saint Malo Alexander Broquet. Le produit soulage la douleur et décontracte les muscles en l’appliquant en massage après l’effort. Sinon, dans un style plus hippie, tu peux choisir de l’argile verte en cataplasme qui soulagera non seulement la douleur et aidera aussi à résorber les œdèmes et les hématomes. Retrouve ces produits dans la boutique au rayon récupération puis dans la gamme soins.

, , , , , , , , , , , ,
Je m'abonne!