Yoane Wissa : « La Ligue 1 c’est une énorme fierté »

17 juin 2020
17 juin 2020 samy traore

Alors que la reprise approche du côté du FC Lorient, on a passé un coup de fil à notre parrain Yoane Wissa pour revenir avec lui sur son titre de champion, la remontée du FC Lorient en Ligue 1, sa célébration désormais mythique et son avis sur FOOTBOKS. L’attaquant des Merlus nous a répondu dans son style caractéristique: vif, percutant mais toujours posé. Entretien exclusif pour FOOTBOKS.

Un type zen on vous a dit

Salut Yoane, alors déjà comment ça va ?

Ça va très bien, merci ! Il fait beau, le foot a repris, on est bien, la santé ça va, la famille aussi, et c’est le plus important aujourd’hui.

Tu as repris avec le groupe ?

Là on a les tests médicaux jusqu’à vendredi avec les docs, on va faire le test COVID, le test isocinétique, le test cardio, on va voir les kinés, le prépa physique, et le dentiste. Le suivi complet de début de saison quoi. On reprendra la semaine prochaine avec le groupe, à partir du lundi 22.

Reprise lundi donc, tu le sens bien, tu es prêt ?

Oui, je suis prêt, je suis aussi pressé de démarrer une nouvelle saison avec de nouveaux objectifs maintenant qu’on est en Ligue 1 !

Ça t’a fait quoi de finir champion ?

Franchement, je suis très très fier même si on aurait voulu fêter ça sur le terrain avec notre public et tout le monde en bonne santé. Les événements on fait qu’on a dû s’arrêter, mais je reste très fier d’avoir rendu les supporters heureux, et surtout de permettre au club de retrouver la Ligue 1.

Tu peux me dire un mot sur les supporters cette saison ?

Ah ils ont été présents, ils ne nous ont pas lâchés. Il faut dire qu’on a fait le travail sur le terrain et qu’on a tout donné aussi mais en tout cas je suis pressé de les retrouver en Ligue 1.

Comment tu analyses la saison du FC Lorient ?

Elle est évidemment très positive sur le plan collectif. On termine champions de Ligue 2 et on a été 27 journées sur 28 sur le podium, donc ça n’est pas rien. Mais on avait surtout un très bel effectif et j’ai été très heureux d’évoluer et de parvenir à monter en Ligue 1 avec ce groupe.

Qu’est-ce qui a fait la force de ce groupe cette saison ?

Le recrutement a été très intelligent, puisque les joueurs qui sont arrivés étaient façon de parler tous des « capitaines ». Je veux dire par là des joueurs qui connaissaient tous la Ligue 2 et c’est ce qui a fait la différence : l’expérience. Cette année on en avait beaucoup plus et on était mieux rôdés. Le coach avait aussi cette expérience des montées, même dans les moments difficiles il nous a montrés qu’il fallait toujours être là et répondre présents.

Vous aviez énormément de possibilités offensives avec toi, Hamel, Bozok, Laurienté, Cabot, Kitala, Le Fée, Marvaux… c’est une vraie armada offensive !

C’est vrai qu’on avait un très bon effectif et qu’offensivement on avait une belle palette avec une grosse diversité de profils. C’est ce qui a fait notre force. Même ceux qui étaient sur le banc comme moi à un moment sur quelques matchs on avait à cœur de montrer aux autres et au coach qu’ils pouvaient compter sur nous.

Tu viens d’être élu dans le 11 type des fans de Domino’s Ligue 2, ça t’a fait quoi ?

Ça m’a rendu fier, j’étais vraiment content. Ce sont les supporters qui nous regardent tous, c’est un regard à part. Etre élu par les supporters ce n’est pas comme sur les autres votes. Espérons que ça continue sur cette dynamique.

Yann Kitala, Thomas Fontaine, Yoane Wissa et Armand Laurienté, la team ZEN. Photo FCL – Bruno Perrel

Comment tu juges ta saison ?

Elle a été positive. Je suis très content de mon rendement parce que j’ai quasiment joué tous les matchs. Par rapport à la saison dernière c’est aussi une vraie revanche personnelle, j’avais à cœur de montrer aux supporters que j’étais toujours là.

Tu avais quand même fini meilleur passeur du club la saison dernière…

Oui c’est vrai, mais c’est en termes d’efficacité que c’est une revanche. La saison passée je me procurais beaucoup d’occasions mais je n’étais pas forcément en réussite. Cette année, grâce à une grosse préparation mentale et une envie d’avancer j’ai réussi à trouver cette efficacité, donc c’est ma revanche. Ce qui me permet d’autant plus savourer cette année c’est la montée en Ligue 1. J’ai emmagasiné beaucoup de confiance, il faut maintenant que je la garde et que je continue sur cette lancée.

La Ligue 1 ça te fait quoi ?

C’est un peu un rêve qui devient réalité. Depuis petit j’ai toujours regardé la Ligue 1, donc y être c’est une énorme fierté, pour moi, pour ma famille, pour ma ville d’Epinay sous Sénart, et je suis très content d’y accéder, surtout avec mon parcours, en venant d’en bas.

Tu peux nous parler de ta célébration zen ?

Je l’ai sortie dès le premier match qu’on a joué à domicile contre le PFC. J’étais rentré, j’avais marqué et j’avais fait cette célébration qui signifie le calme, le côté posé et le fait de rester toujours concentré malgré tout ce qu’on peut entendre.

Ça t’a fait quoi de la voir reprise par pas mal de joueurs ? Tu comptes la garder pour la saison à venir ?

Les joueurs du PSG l’ont faite mais c’était plus pour chambrer, après, voir que Haaland l’a faite en Ligue des Champions ça fait plaisir à voir. Après ce n’est pas MA célébration, ce n’est pas moi qui l’ait créée non plus, mais je suis content que les gens la connaissent et qu’elle se soit un peu propagée. Pour la saison prochaine je vais la garder, elle me représente bien ! Je suis devenu comme ça à force de travail donc je vais continuer à la faire, c’est sûr et certain !

LA Célebration de Yoane Wissa ! Photo FCL – Bruno Perrel

Quand tu regardes ton parcours jusqu’à maintenant, tu te dis quoi ?

Je me dis que j’ai pris beaucoup de maturité. Je viens de National, j’ai atterri ensuite à Angers où je n’ai pas trop joué, avec un prêt à Laval. Ensuite j’ai rebondi à Ajaccio et j’ai fait le choix de venir à Lorient pour un beau défi et je continue avec ce grand saut vers la Ligue 1 !

Qu’est-ce que tu penses de FOOTBOKS ?

J’aime beaucoup parce que c’est évolutif, ce n’est pas une FOOTBOKS et c’est fini, ça s’inscrit dans la durée. Il y a toujours des nouveautés et ça aide vraiment dans la recherche de performance. Ça m’aide quand j’ai besoin de bien récupérer ou de reprendre des forces à des moments bien précis.

Qu’est ce que ça t’apporte dans la pratique quotidienne du sport de haut niveau ?

Ça m’apporte la performance, clairement, et c’est ce que je recherche. Ce que je veux, c’est durer dans le temps, et m’épargner le moindre pépin, physique ou mental. Ça me permet aussi de réajuster certains éléments, notamment quand on sent qu’on a trop ou pas assez de charge. Ça me permet aussi de mieux récupérer avec les soins, j’en fais un peu plus sur le travail invisible.

C’est quelque chose que tu contrôles ce travail invisible ?

Oui, pour moi c’est devenu très important, et j’ai vraiment évolué par rapport à ça à partir de la saison dernière, que ce soit dans mon style de vie au quotidien ou même à l’entraînement. Et cette saison est la preuve que ça marche, ça a vraiment payé.

Tu as un produit préféré ?

Je pense que c’est la crème à l’arnica, j’aime bien les petits massages, ça m’a fait du bien cette saison parce que j’ai pas mal enchaîné les matchs. Mais je sais que Thomas Fontaine, lui, il est fan des chewing-gum à la caféine ! J’ai fait mon travail de l’ombre dans le vestiaire !

Tu as un message pour celles et ceux qui souhaiteraient s’y mettre ?

Foncez, essayez et vous verrez bien les bienfaits que ça vous procure. Moi ça m’apporte beaucoup dans ma recherche de performance, c’est le petit plus dans mon travail invisible.

, , , , , , ,
Je m'abonne!